Gaullistes d'aujourd'hui

débats, opinions, actualités
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Situation internationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Jack
Admin
avatar

Nombre de messages : 289
Date d'inscription : 25/09/2006

MessageSujet: Situation internationale   Mar 3 Nov - 23:22

Tribune de Jean-Jack DENOUAL
Situation internationale

Contrairement à ce qui est répandu par les adeptes du politiquement correct, la crise que la planète subit actuellement est une crise politique avec ses conséquences financières et économiques.
Si les mots ont encore un sens, l'étymologie du mot politique signifie l'organisation de la cité.
Les élus ont donc pour mission d'organiser les différents mécanismes de la société afin de pouvoir revendiquer la notion de l'intérêt général, dans le cadre d'une globalisation des marchés.
L'observation des pratiques politiques révèle plutôt une préoccupation de la sauvegarde des intérêts particuliers de la part des élus, que l'intérêt général pour lequel ils ont été élus, c'est la raison pour laquelle il n'y a jamais de déficit de candidatures aux échéances électorales.
Quel crédit accorder aux soi-disant experts annonçant en juillet 2008, au moment où le prix du baril de pétrole flirtait avec les 150 dollars, que ce prix monterait à 200 dollars pour plusieurs années, alors qu'en octobre 2008 ce prix chutait à moins de 40 dollars le baril?
Nous assistons donc à une faillite totale du système politique.
Pendant des années, les économies européennes ont dopé et musclé les économies en voie de développement, en dépit d'une solidarité continentale qui aurait dû s'imposer.
Quel intérêt d'intituler « union européenne » un mécanisme qui fonctionne contre ses propres intérêts?
Les économies en voie de développement sont devenues des économies émergentes et les européens n'ont plus qu'à payer la facture qui est, et sera salée!
Ce que par commodité on appelle « l'Europe » est une vue de l'esprit.
L'Europe c'est avant tout un continent géographique, l'union européenne, c'est une organisation économique qui ne recense pas des pays comme la Russie, la Norvège, la Suisse etc...
La Grande-Bretagne refuse d'appartenir à la zône euro, l'espace Schengen n'est partagé que par 15 pays sur 27 pays membres!
Les technocrates de Bruxelles distillent leurs directives, quotas et subventions, mais l'Union Européenne ne protège nullement les citoyens des conséquences désastreuses de ce que d'aucuns appelaient béatement de leurs voeux, la globalisation des marchés, dénommée également la mondialisation!
Rien ne pouvait être mieux que la mondialisation!
L'être humain a toujours été plus attiré par le virtuel que par le réel, mais il arrive un jour où il faut se réveiller et ouvrir les yeux.
Ce jour est arrivé.
Les banques qui avaient fait croire à leurs clients qu'elles maîtrisaient la situation se berçaient d'illusions tout en se dupant elles-mêmes par traders interposés!
Les tenants du libéralisme, rejetant les interventions de l'Etat, descendent aujourd'hui de leur piedestal et doivent leur salut précisément à l'Etat, contraint de les assister!
Les élections européennes se profilent à l'horizon des français qui devront se définir par rapport à une politique incohérente.
Les Gaullistes adeptes de la souveraineté nationale, ont toujours été des européens convaincus, comme en atteste le traité fondateur de la politique européenne signé en 1963 entre le Général De GAULLE et le chancelier allemand Konrad ADENAUER et l'expression du Général « L'Europe, de l'atlantique à l'Oural »
Mais les gaullistes ne cautionnent pas les dysfonctionnements actuels de l'union européenne.
Nous refuson la pensée unique, synonyme de formatage aseptisé, contraire aux besoins d'émancipation de la nature humaine.
Nous contestons le conformisme ambiant et revendiquons l'ambition des peuples à disposer d'eux mêmes, c'est à dire à assumer leurs particularismes regroupés sous le vocable identitaire. .../...

Situation nationale 2

La France prend cette crise de plein fouet comme tous les autres pays européens.
Le Président de la République élu en mai 2007 avec plus de 53% des suffrages exprimés et un taux de participation supérieur à 85%, a constaté les dégâts et tente d'en anticiper les conséquences, pour l'instant invisibles, en décidant des mesures de soutien.
Soutien aux banques pour tenter de stabiliser ce qui peut encore l'être.
Ce que l'on peut constater c'est qu'après avoir fait croire aux français que l'union européenne serait la panacée en matière de protectionnisme, force est de constater que le tissu social se dégrade de jour en jour, au point que l'inquiétude gagne toutes les familles.
L'euro devait régler tous les problèmes, mais a surtout été à l'origine d'une inflation masquée.
C'est dans ces moments d'instabilité et de doute que le gaullisme prend tout sa signification et devient une référence intemporelle.
Le gaullisme a été enterré par ceux-là mêmes qui s'en réclamaient il y a plus de trente ans!
Le gaullisme, c'est d'abord avoir une certaine idée de la France afin d'agir dans l'intérêt supérieur du pays, c'est aussi et surtout un état d'esprit et un comportement.
La constitution de la Vème République considère que chaque citoyen peut revendiquer le droit au travail comme fondement républicain.
Compte tenu du taux de chômage, il est constaté que depuis des décennies, les hommes politiques ont failli à leur mission de service public, en contribuant à voter des traités européens, dont ils n'ont pas évalué les conséquences, essentiellement préoccupés qu'ils sont, par le renouvellement de leur mandat électif.
Quand on fait l'inventaire de ce que la France doit au Général De GAULLE, on reste admiratif et respectueux de ce que cet homme d'Etat a apporté à notre pays, sans profiter à titre personnel des différentes fonctions qu'il a occupées, contrairement à ses successeurs.
Pour apporter des solutions aux problèmes vécus aujourd'hui, il faut appliquer les vertus du gaullisme, constituées d'une approche humaine et sociale.
Pour De GAULLE, l'homme a toujours au centre de ses préoccupations.
L'inventaire de ce que nous lui devons en atteste: l'appel du 18 juin 1940, véritable acte de rebellion et de résistance face à une capitulation humiliante, création des comités d'entreprise (1945) le droit de vote accordé aux femmes, la sécurité sociale, les allocations familiales (1946) la participation par l'association du capital et du travail (1947) création du conseil économique et social, la constitution de la Vème République (1958) la réconciliation franco-allemande (1958 et 1963) la prolongation de la scolarité obligatoire jusqu'à 16 ans (1959) la décolonisation (1960) l'essor d'une véritable politique du sport (1961) l'entrée de la France dans l'ère nucléaire par l'idée géniale de la force de dissuasion, la fin de la guerre d'Algérie (1962) l'élection du Président de la République au suffrage universel direct (1962) création de l'UCPA (1965) création des centres anticancéreux, après avoir déclaré dès 1946 le cancer comme ennemi public n°1, le retrait de la France du commandement intégré de l'OTAN (1966) la pilule contraceptive et la reconnaissance du droit des femmes à disposer de leur sexualité (1967) la politique agricole commune (PAC) la reconnaissance de l'enseignement privé, la délocalisation des halles au marché international de RUNGIS, et les lancements des fleurons qu'ont été le paquebot FRANCE et l'avion supersonique CONCORDE véritables ambassadeurs du savoir-faire national, etc...
Le problème récurrent de la France, c'est qu'elle semble allergique aux changements et autres réformes, la rendant « ingouvernable ».
Contrairement à certaines idées reçues, la gauche est plus conservatrice que la droite.
Qui évoque les droits acquis pour refuser toute évolution?
La France est-elle condamnée à l'immobilisme au sein d'une société figée?
Les jeunes générations légitimement inquiètes pour leur avenir, en raison des défaillances de leurs aînés en charge de l'organisation de la société, n'acceptent pas l'héritage constitué de passif et souhaitent la sécurité pour un hypothétique emploi.
Mais hélas pour eux, un CDD de 40 ans n'existe pas sur le marché du travail!
Les territoires et départements d'outre-mer pratiquent une exclusion raciale à double sens, exigent de la France une repentance, tout en souhaitant être protégés par la tutelle métropolitaine.
C'est ce qu'il s'appelle vouloir le beurre, l'argent du beurre et le sourire de la crémière!
Un audit de simple bon sens fait apparaître que la gestion de ces territoires d'outre-mer constituent pour la France plus un handicap qu'un atout.
Dès lors, pourquoi faire semblant de ne pas le comprendre et de ne pas en tirer toutes les conséquences?


En mars 2009, la dette publique s'élève à plus de 100 milliards d'euros et la balance commerciale n'incite pas à l'optimisme.
D'aucuns prétendent que l'euro permet à la France de se maintenir la tête hors de l'eau, mais cette observation n'est qu'une théorie qui n'a jamais été vérifiée, autrement que par des simulations virtuelles, à l'image des errements d'une économie du même nom, qui a vu s'écrouler comme un château de cartes, des édifices financiers américains, pourtant réputés indestructibles comme le TITANIC!
L'effet domino de ces chutes en cascade ne fait que commencer à faire sentir ses effets.
La protection sociale a un coût, l'entretien, voire l'assistanat des DOM-TOM également.
Quand le train de vie n'est plus couvert par les recettes nécessaires, il faut savoir en tirer toutes les conséquences.
Sous le mandat de François MITTERRAND la France a connu le scandale financier du siècle et la débandade de la banque publique « Le Crédit Lyonnais »
Récemment l'Argentine a été mise en faillite.
Difficile de maintenir qu'il ne faut rien changer, quand tout s'écroule autour de soi.
IL est vrai que les certitudes et les idéologies ont la vie dure.
Dès qu'une réforme, une approche différenciée, une remise en cause interviennent, la réponse prend la forme de défilés dans les rues pour protester.
D'ailleurs, la France est championne du monde toutes catégories des pétitions, motions, amendements, blocages illégaux d'entreprises et défilés protestataires.
Ce qui est particulièrement improductif en France, c'est que ces contestations sont orchestrées par des minorités qui foulent au pied les vertus du suffrage universel.
Les syndicats ne représentent même pas 10% de la population, mais s'autorisent illégalement et en toute impunité dans la plupart des cas, à entraver le droit constitutionnel au travail, par la mise en place de piquets de grève!
Quand les medias amplifient le nombre de participants à une manifestation, ceux-ci ne dépassent guère 1% de la population.
Rappelons qu'en France il y a 65 millions d'habitants.
En mai 2007 il y a eu des élections présidentielles au cours desquelles les français ont eu l'occasion de choisir leur candidat.
A quoi servent les élections, si dès qu'une réforme est annoncée, les forces du conservatisme de gauche tentent son avortement?
Etre démocrate ce n'est pas le décréter, c'est respecter les résultats des élections.
Si les français sont mécontents de la manière dont ils sont gouvernés, ils auront l'occasion de le dire en 2012.
Les contribuables français seront-ils encore suffisamment nombreux pour financer pendant des années le mille feuilles administratif totalement anachronique, constitué de la commune, de l'intercommunalité, du pays, du département, de la région et de l'Etat avec un nombre impression-
nant d'élus et d'agents qui ont sensiblement les mêmes compétences générant des gaspillages d'argent public colossaux, révélés annuellement par le rapport de la cour des comptes.
François MITTERRAND avait innové en augmentant à 577 le nombre des députés!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gaullisteaujourdhui.cultureforum.net
 
Situation internationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Semaine internationale du portage => code promo ;-)
» Foire internationale et gastronomique de Dijon
» PERMIS INTERNATIONALE
» Problèmes actuels de politique internationale
» la situation économique de la vallée de l'Andelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gaullistes d'aujourd'hui :: Histoire :: Grandes figures politiques.-
Sauter vers: